2eme colloque algéro-francais sur la monétique et les systèmes de paiement électroniques: Les Fintech au menu

 « 10.000 transactions par Internet par mois » nous disent en tandem Boualem Djebbar, Président du GIE-Monétique – Groupement d’intérêt commun- et Madjid Messaoudene, administrateur du GIE, en marge du 2è colloque algéro-francais sur la monétique et les systèmes de paiement organisé à l’Hôtel Aurassi conjointement avec Business France, mission économique de l’Ambassade de France, et le […]

 « 10.000 transactions par Internet par mois » nous disent en tandem Boualem Djebbar, Président du GIE-Monétique – Groupement d’intérêt commun- et Madjid Messaoudene, administrateur du GIE, en marge du 2è colloque algéro-francais sur la monétique et les systèmes de paiement organisé à l’Hôtel Aurassi conjointement avec Business France, mission économique de l’Ambassade de France, et le GIE Monétique qui regroupe en son sein l’ensemble des banques, tout en ajoutant que « ce n’est qu’un début ».

Voulant être le plus précis possible, Boualem Djebbar ajoutera que « il y a 12.000 TPE –Terminal de paiement électronique- qui ont été déployés en Algérie, essentiellement au niveau des supermarchés mais nous avons aussi des pharmacies et d’autres type de magasins. De plus, il y a 1.5 millions de carte interbancaires qui ont été distribué par les banques».  Revenant sur le nombre de TPE installé, il dira qu’il y a eu création d’une nouvelle société interbancaire spécialisée dans le déploiement des TPE qui a pour objectif d’aller « à20.000 TPE avant la fin de l’année ». Il souligne qu’aujourd’hui, presque l’ensemble des grands facturiers –Algérie Télécom, Mobilis, Djezzy, Ooredoo, Seaal, Air Algérie et d’autres ont déjà une solution sur le marché pour le epaiement. Concernant le mpaiement, il dira que « nous sommes en train d’étudier ce domaine et nous pensons le déployer si la Banque d’Algérie nous donne les autorisations nécessaires ». Nous lui demandâmes plus d’explication sur la loi sur le ecommerce, il nous répondit que cela n’est pas de « mon ressort » tout en ajoutant que « une fois promulguée nous pourrions aller plus vite ».  Rappelant que  la nouvelle loi sur le commerce électronique  devra être bientôt examiné par l’APN –Assemblée Populaire Nationale-.

Le 2é colloque algéro-francais sur la monétique et les systèmes de paiement électronique qui s’est déroulé à Hôtel Aurassi avec la présence de plusieurs entreprises algériennes et françaises spécialisées dans le domaine du paiement électronique et de l’intégration, a été inauguré par l’ambassadeur de France en Algérie Xavier Diencourt qui a réaffirmé la volonté de son pays à accompagner le développement de la monétique en Algérie. Il dira, entre autres que «La France se tient à la disposition de l’Algérie avec ses technologies, ses entreprises, et son expérience pour accompagner le développement des systèmes monétique et bancaire ».

Les exposés qui tournaient tous autour des Fintech et tout ce qui tournent autour, ont permis aux nombreux participants de mieux comprendre non seulement les nouveaux enjeux de la digitalisation des banques mais aussi sa mue, son agilité et ses nouveaux business model. « La banque crée des technologies qui aide la banque et le tout en temps réel» dira Yves Bonnet, CEO de TagPay mettant en avant les profonds changements que subit l’écosystème bancaire ave l’entrée du smartphone et du blockchain dans la vie de tout un chacun. D’un autre côté, en ce qui concerne la rapidité et l’agilité, Nigel Reavley, directeur des services financiers Europe et Afrique soulignera que par exemple, «en Angola, nous avons mis en place toute une en banque en 4 mois –mai à juillet- avec tout son système d’information » tout en ajoutant « avec un système de sécurité élevée ». Les termes «rapidité»,  «agilité» et «sécurité»  ont été les termes les plus utilisés par l’ensemble des orateurs. La banque, avec le développement de l’informatique et des télécoms, évolue, change, se développe et devient de plus en plus digitalisée d’ailleurs comme le dit si bien un orateur « il y a un développement exponentiel de la banque digitale qui laisse penser qu’il va y a avoir de nouveaux services et de nouveaux partenariats».